Collection POLIS

Collection POLIS

Collection Polis

(Ce qui reste) après la citoyenneté

 ________________________

Cette collection s’intéresse aux thématiques étroitement liées à la condition citoyenne et à ses aléas dans le présent et dans le futur à partir d’une perspective historique. Elle inclut également, et par contraste, des réflexions et des fabulations qui eurent lieu dans le passé sur les rapports entre citoyenneté et classe sociale dans la modernité.

La condition moderne de sujet a été celle d’un citoyen qui réclame des droits et des services par le biais de la mobilisation collective et du gouvernement représentatif. Cependant, nous sommes en train de vivre dans une étape historique post citoyenne dans laquelle, tandis que de nombreux états nationaux sont contrôlés militairement ou politiquement par des instances supranationales, les conditions des garanties citoyennes se dégradent partout au point de finir par se diluer dans de nouvelles formes d’assujettissement hiérarchique qui rompent avec la notion d’égalité devant la loi.

A l’échelle sociale, et dans un contexte d’augmentation sans précédent de l’inégalité et du nombre ahurissant d’immigrés et de déplacés sans droits, se dessinent aussi les contours d’une nouvelle identité mésocratique transnationale faisant de la consommation ostentatoire sa signature en tant que communauté de valeurs de classe moyenne, non durables des points de vue écologique et économique mais viables culturellement. En même temps, et néanmoins, la politique générale et la participation populaire en particulier gagnent du terrain en tant qu’outils déterminants dans la transformation institutionnelle et des formes de production et de relation sociales. L’avenir de ces imaginaires sociaux est, en somme, précaire et contingent.

Cette collection a pour mission de contribuer, à travers ses ouvrages, à penser historiquement ce processus double qui menace le monde globalisé, ainsi qu’à réfléchir sur ses effets et ses alternatives dans un cadre où la confrontation idéologique est remplacée par un langage de conflits entre civilisations qui cache une situation de guerre civile à l’échelle mondiale.

Nous parlons de l’après de la citoyenneté car dans le monde globalisé, on est de moins en moins nombreux à être citoyens, et quand on l’est, on l’est dans une moindre mesure, mais la compréhension de cette tendance et de ses carrefours est plus effective si nous réussissons à penser historiquement, comme ce qui reste après avoir situé dans une perspective historique l’égalité et l’inégalité du monde moderne. Et également l’inclusion et l’exclusion, la tolérance et le fanatisme, la biopolitique et l’extermination de minorités et de dissidences, les droits humains et la mémoire de leur suppression, etc.

 

 

 

TITRES

 

  1. Pablo Sánchez León, Maldita sea, Malcolm, no podemos traducir empowerment
  2. Jack London, Al sur de la Falla
  3. Immanuel Wallerstein, Lo burgués (y la burguesía) como concepto y como realidad
  4. Alessandro Pizzorno, Política absoluta, política sin límites

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.