Collection ANCESTROS

Collection ANCESTROS

Collection Ancestros

(Ce qui reste) après l’individu

 _____________________

Cette collection accueille des textes qui s’intéressent au domaine de ce qui est au-delà, mais aussi en deçà de la condition d’individu porteur de droits et membre de groupes sociaux ou territoriaux.

Son axe est l’hypothèse que derrière la citoyenneté moderne auto-imposée et universalisée depuis plusieurs siècles par les pouvoirs occidentaux, se trouvent, l’on trouve, des indigènes dont les traces morales résistent, bien que d’une manière plutôt inconsciente, à leur suppression par des valeurs de la modernité avec lesquelles elles cohabitent et se mélangent provoquant une complexité psychologique qui n’est pas à l’abri de grands courts-circuits, de traumas et de troubles de la personnalité.

Nous parlons ainsi de spiritualité non comme alternative ou synonyme de religion, encore moins de secte ou d’église, mais en référence à la re-ligio étymologique, c’est-à-dire, les actes, les procédés et les rituels qui nous rattachent aux autres, à nos égaux et semblables. Ce n’est que grâce à ce lien que nous pouvons envisager de rassembler et de donner un sens aux différentes facettes de notre monde intérieur et aux rôles que nous jouons dans notre vie extérieure, condition pour toute forme de transcendance, laissée ici à l’arrière plan. Bien qu’à cet stade, il ne nous soit plus possible d’effacer l’individualisme reçu comme un long héritage culturel ni de remplacer par d’autres les axes qui structurent notre condition juridique et notre imaginaire en tant qu’individus, nous sommes du moins en mesure de prendre en charge cet héritage non seulement du point de vue de la critique théorique mais surtout dans une tentative de transgression ou de dépassement.

Récupérer ce qui est communautaire à partir d’une perspective anthropologique ou morale plutôt qu’intellectuelle, et qui touche ce qu’il y a de plus élémentaire dans la vie sociale aussi bien que le sentiment de dignité et d’estime de soi, c’est l’objectif auquel aspirent à contribuer les textes de cette collection. Ils cherchent aussi à nous rapprocher d’expériences culturelles de tribus et de groupes ancestraux ainsi qu’à concourir au renouveau de leurs traditions rituelles aujourd’hui.

 

Les modalités d’action qui seront adoptées au cours de ce XXIème siècle pour parcourir le terrain post-individuel (et post-individualiste) constituent le centre d’intérêt de cette collection qui tente de revendiquer l’avenir de la citoyenneté comme une sorte de retrouvailles (et de réinvention) avec une ancestralité qui ne s’est jamais dissoute et à laquelle, étant donné son caractère subalterne, nous restons collés, même si c’est de manière inconsciente, voire négative.

Dans ce cas-là, l’exercice que suppose le fait de penser historiquement est remplacé par une opération préalable: la connaissance et la reconnaissance d’une condition morale et culturelle insérée dans nos mécanismes comportementaux les plus essentiels, ceux qui ont à voir avec le désir, les émotions et le sens de l’existence en commun et des rapports avec les autres.

 

TITRES

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.